Ethique et Société

Réflexions sur l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu L’assassinat de toute personne est un acte criminel inacceptable. Quand il s’agit de surcroît d’une personne investie de l’autorité de l’Etat, les faits prennent un caractère d’une gravité supplémentaire. Enfin, quand la motivation de l’agresseur est fondée sur un rejet unilatéral des valeurs de la République, portées par un enseignant dans l’exercice de ses fonctions, au nom de valeurs supérieures « attribuées » à  Dieu,  cela relève – comme cela est manifesté par l’acte de décapitation – de la barbarie pure et simple qui ne souffre aucune justification quelle qu’elle soit. L’émotion compréhensible suscitée par ces faits donne lieu à une pléthore de réactions dont la…

Continue reading